Ceuta dans la période mauritanienne

A Ceuta, les témoignages pendant la phase de transition entre le punique et la Maurétanie (3ème – 2ème siècle av. J.-C.) sont rares: il s'agit essentiellement de monnaies et de matériaux céramiques qui ne proviennent pas des fouilles systématiques. Le seul signe de l'occupation de Ceuta au début de cette période est constitué par de fragments d'amphores tarde-puniques et Italiques (vinaires gréco-italiques) remontant au 2ème siècle av. J.-C, découvertes accidentellement au Paseo de las Palmeras.

Les découvertes sous-marines auprès de la côte, notamment les amphores, documentent les trafics commerciaux du moins au cours du 1er siècle av. J.-C. (jusqu'à l'époque d'Auguste ou de Juba II): parmi les amphores exposées dans le Musée de Ceuta, celles du 3ème et 2ème siècles av. J.-C. sont absentes. Au contraire, les amphores les plus récentes, celles transportant le vins italique et celles destinées au stockage de poisson de tradition punico-gaditanes  ont été identifiées. Très important, le charge de vin et defrutum ou sapa (moût cuit) (ou d'olive ou d'autres aliments en conserve), situé dans les eaux face à la baie et Benzù et remontant au début du 1er siècle av. J.-C.

Nombreux matériaux trouvés à Ceuta peuvent être reconduits à ce contexte au cours des travaux pour le Parc de l'Artillerie (aujourd'hui le siège du Parador de Tourisme La Muralla et de la Comandancia General de Ceuta), y compris la céramique (sigillée italique) et des monnaies remontant à l'âge Auguste ou d'une période comprise entre les dernières décennies d 1er siècle av. J.-C. et le début du règne de Tibère. Ces données ont suggéré que le noyau originel de la ville romaine de Septem Fratres se trouvait dans la zone la plus occidentale de l'isthme entre la Plaza de Africa et que le centre habité était navigable et que  encore la ville s'est développée surtout depuis la fin de l’âge mauritanienne. Au cours de l’âge impériale, la ville a été élargie à l'Est et occupait la zone entre les deux fossés.

Les reste de constructions remontant au 1er siècle av. J.-C n’ont pas encore été retrouvés.

Les matériaux importés - céramique (sigillée, centre-italique), des verres, des amphores de diverses origines – témoignent une intense activité commerciale qui pourrait favoriser la présence de commerçants italiques.