Tanger après l’indépendance

La perte du statut international a influencé de façon négative le développement de Tanger, qui lors des premières années de l’indépendance a vécu une période de décadence en raison de la cessation des activités diplomatiques et commerciales et donc du déficit d’intérêt de la part des puissances étrangères et du Maroc. Les Juifs et les Européens, qui constituaient pratiquement la moitié de la population en 1953 et encore près d’un tiers en 1959, ne représentaient en 1990 qu’un pourcent de la population de Tanger. La reprise a débuté dans les années 70: Tanger est aujourd’hui en pleine expansion, l’habitat s’étant étendu vers l’est le long de la mer et vers le sud. Si le tourisme a largement contribué à restituer à Tanger sa vivacité et son caractère international, un facteur notable de développement économique est aujourd’hui le nouveau port commercial « Tanger Med », le plus grand en Méditerranée. Situé à une vingtaine kilomètres à l’est de Tanger, non loin de Ksar Seghir, il a été inauguré en juillet 2007, entrainant dans son sillage la création d’infrastructures routières et autoroutières. La zone du port comprend également une zone franche réservée aux activités industrielles et logistiques. Le port a principalement une vocation commerciale même s’il accueille également des navires à passagers. Sa création vise également à désengorger le vieux port de la ville. Une autre zone franche de 345 hectares se trouve près de l’aéroport international, au sud-ouest de la ville.  

Bien qu’étant aujourd’hui une ville marocaine, Tanger conserve un aspect international notamment à travers ses palais. Centre d’attraction culturel pour les étrangers, Tanger représente un trait d’union entre l’Afrique et l’Europe. Même si des villes comme Casablanca, Rabat et Essaouira sont aujourd’hui dotées d’infrastructures pour le développement culturel (théâtres, musées, galeries d’art), Tanger a toujours été la destination privilégiée de nombreux artistes et écrivains, comme Mohammed Choukri, Jean Genet et Tennessee Williams. Le musée d’art contemporain, situé dans les anciens locaux du Consulat britannique (rue d’Angleterre), abrite une importante collection d’œuvres de la fin du XXème siècle.