Ouazzane sous le règne Alaouite

Ouazzane s’est développée sur les pentes du Djébel Bu Hellal. La ville est située à 60 kilomètres au sud-ouest de Chefchaouen, à la limite du Rif. Cette position stratégique est à la base de l’importance de Ouazzane au XIXème siècle: elle accueillait un important contingent militaire français et de nombreux refugiés expulsés d’Al Andalus s’y refugièrent. La ville est fortement empreinte de religion et constitue un lieu de pèlerinage musulman et juif, notamment en raison de la présence du tombeau du vénéré Rabbin Imran Ben Diwan, mort en 1780. L’habitat, dépourvu de remparts, s’articule autour de la zaouïa fondée en 1727 par Moulay Abdallah Chérif, grand maitre soufi: la zaouïa fut pendant longtemps le siège de la puissante confrérie Tabiya. Le Chérif de Ouazzane a toujours été considéré comme est une des plus hautes autorités du Maroc. En 1877, le chérif  Sidi Hadj Abdeslam épousa l’anglaise Emily Keene, qui resta chrétienne et s’occupa jusqu’à sa mort d’apporter les soins médicaux aux habitants de la ville. Le mariage ne manqua pas de susciter de nombreuses protestations, d’autant plus le sultan avait pour habitude de boire de l’alcool et fumer du kif et divorça d’autres femmes. Cette affaire ne fut cependant qu’un épisode isolé et le prestige lié à la fonction de chérif resta intact.     

Les murs des vieilles maisons situées le long des contours de la médina sont liés entre eux par des arcs ayant la fonction de portes, permettant ainsi de clore l’habitat. Celui-ci compte un certain nombre de passages couverts et un mellah de grande dimension. Dar-Sqaf est le quartier le plus ancien de la médina: il est le site du village original où se serait installé Moulay Abdallah Chérif et c’est là que se trouve la zaouïa.  

Le nouveau mellah de Tétouan et la synagogue Bengualid

Le nouveau mellah fut édifié sous le règne de Moulay Slimane dans la partie méridionale de la médina: un décret de 1807 du sultan ordonnait en effet la démolition du mellah afin d’y construire la Grande Mosquée et attribuait aux Juifs une zone réservée à la construction de nouvelles habitations dans un délai de 6 mois, et ce après avoir vendu leurs anciennes demeures aux Musulmans. Ce quartier a une structure rectangulaire: les rues, dont certaines sont couvertes, se croisent à angle droit et les places ont une forme quadrangulaire. A la moitié du XIXème siècle, le mellah comptait 170 habitations et 7 synagogues. On estime que 4200 Juifs résidaient dans la médina. La construction de la synagogue du Rabbin Isaac Bengualid s’inscrit dans une période durant laquelle Tétouan était au centre du sépharadisme marocain dont Isaac Bengualid était un des principaux représentants. En plus de la salle de prière, la synagogue disposait d’un tribunal, d’une bibliothèque, d’un four pour la cuisson du pain azyme, de bains rituels réservés aux femmes ainsi que d’un pressoir à vin.