Les villes après l’indépendance

De l’indépendance à nos jours, le Maroc a connu d’importants changements: d’une part, l’urbanisation massive des populations rurales; d’autre part, l’abandon par les couches les plus aisées de la société des médinas au profit de nouveaux quartiers périphériques, ou la migration depuis des grandes villes vers Casablanca et les nouveaux centres urbains. Ce phénomène est particulièrement marqué au Nord: des villes autrefois importantes comme Tanger, notamment en raison de son statut international, ou Tétouan, capitale de la zone espagnole, ont connu une forte décadence après l’indépendance. On assiste toutefois ces dernières années à un phénomène que l’on pourrait qualifier de ré-urbanisation due à la réhabilitation des médinas. Dans certains cas, comme à Asilah, la médina constitue aujourd’hui un lieu de villégiature apprécié par les étrangers ou les artistes occidentaux qui bien souvent modifient radicalement l’intérieur des habitations.