Ceuta à l’âge phénicienne

Les restes de la colonie la plus ancienne sur l'isthme de Ceuta, étendant à l'est de la rive septentrionale de la péninsule Tingitane , ont été découverts au cours des dernières investigations d’archéologie préventive (2004-2005) auprès de la Cathédrale; la première phase du centre habité (fin du 8ème – début/première moitié du 7ème siècle av. J.-C.) nous montre encore quelques planchers avec des trous correspondant aux piliers qui soutenaient le toit et par des ordures.

Vers le début / milieu du 7ème siècle av. J.-C. (2ème phase), l'occupation de cette zone est affectée par l'urbanisation planifiée effaçant les restes précédents ; une route de 4,5 m de largeur est construite, orientée au N-S et pavée de petits cailloux, avec des différentes structures tout au long.

Parmi les constructions identifiées, une certaine importance est revêtue par celle située à l'Est présentant deux phases de construction: la première est témoignée par les restes de deux structures perpendiculaires les unes aux autres ; plus tard, cette zone sera remplacée par une partie d’un édifice s'étendant sur 100 mètres carrés et réparti sur plusieurs pièces rectangulaires pavée de petits cailloux et d'argile .

Dans le secteur contigu à l’édifice oriental, une rangée de trous de pilier parallèles à la façade suggère l'existence d'un portique sur la rue.

Sur le côté occidental de la rue, un édifice de base rectangulaire a été trouvée, on peut encore observer une pièce avec les murs en pierres arrondis collés avec de l'argile dont le plancher est élevé par rapport à la surface de la route et composé de petits cailloux ; il y a aussi un foyer de forme circulaire, obtenu par l'abaissement d'une partie du plancher entouré de pierres. Cette structure a ensuite perdu sa fonction et remplie de pierres jusqu’au niveau du plancher.

Dans une phase avancée du 7ème siècle av. J.-C., cet espace est conçu pour les activités artisanales: en fait, les structures pour la combustion (les fours) sont construites ; sur la route, il y a une grosse couche de débris riche en céramique et restes d’animaux.

La céramique, faite à la main et avec la roue, est la même que celle trouvée dans les colonies phéniciennes occidentales (vases avec engobe rouge, amphores peintes, lampes à huile) et montre de fortes affinités avec celle de Malaga, de l'autre côté du Détroit ; les produits importés attestent de l'implication du commerce méditerranéen dans ce site.