Le castellum de Tamuda à l’âge tarde-antique

Tamuda conserve sa fonction militaire jusqu'à la première moitié du 5ème  siècle ap. J.-C.

Son occupation a duré au moins jusqu'à la première moitié du 5ème  siècle ap. J.-C.comme l’indique la découverte de la céramique d’importation (sigillées, lampes de type chrétien avec le chrismón), des objets ornementaux personnels (y compris les fibules cruciformes, boucles des ceintures décorées de têtes d'animaux d’importation germanique) et des monnaies.

Les produits importés venant d’être mentionnés documentent la forte implication commerciale de Tamuda, impliquée fortement dans les échanges.

Le toponyme, même si modifié, reste dans le nom castellum Tamuco, où la Notitia dignitatum rappelle, entre fin du 4ème  et le début du 5ème siècle av. J.-C., qu’un contingent de cavalerie y était direct (sous le commandement d'un praefectus Alae Herculae, également connus par les inscriptions).

Le camp militaire de Tamuda a été abandonné durant la première moitié du 5ème  siècle ap.  J.-C., lors de dernières interventions de construction. Il est difficile de savoir si les indigènes qui vivaient sous la protection de la position militaire aient continué à occuper le site après que la garnison avait été démantelée. Certaines céramiques médiévales trouvées dans les fouilles pourraient attester de l'existence d'un petit village rural, tandis que dans des période successives on a la preuve d’activités agro-pastorales (sporadique) ainsi que militaires.

L'absence de traces d'incendie ou de destruction suggèrent que l'abandon du castellum n'a pas été causé par un événement traumatique.