Les grands palais de Tétouan

La démolition du vieux mellah rendit disponible de vastes zones constructibles au centre de la médina, sur lesquelles furent édifiés les palais des familles Erzini, Gharsia et Brisha au cours du XVIIIème siècle et lors des brèves périodes de reprise économique de la ville (1800-1814 et 1830-1845). L’architecture est semblable à celle du palais Mashwar mais les bâtiments sont de plus ample dimension et les surfaces ornées de zellige produit en ville sont nettement plus grandes. Les commerçants de Fès s’étant installés à Tétouan sous l’époque de Moulay Slimane et les Algériens ayant immigré après 1830 firent construire de luxueuses demeures. Le Palais Lebbadi (dénommé aujourd’hui Dar Bricha), résidence d’une des familles les plus en vue de la ville, fut bâti au XVIIIème siècle sur un terrain en pente et est doté de deux entrées: celle principale, conduisant à un espace allongé, s’ouvre sur la route inférieure. La cour est entourée de portiques à deux étages comprenant des arcs polylobés. Au centre de la cour se trouve une fontaine circulaire en marbre sur laquelle donnent différentes pièces: deux pièces ouvertes (maq’ad) et d’autres pièces dotées d’alcôves définies par un arc. C’est par le fond de la cour, ornée d’une fontaine, que l’on accède aux toilettes et à la cuisine, pourvue d’une citerne communiquant avec la terrasse afin de récupérer l’eau de pluie. Les chambres situées à l’étage supérieur, utilisées pour la nuit, sont fermées et occupent tout le périmètre de la maison. La mezzanine servait d’entrepôt. La décoration est particulièrement riche dans les pièces situées au rez-de-chaussée: on peut noter l’ornement des colonnes en zellige et la présence de motifs floraux et géométriques en stuc. Le plafonds sont en bois.