L’héritage culturel de la péninsule tingitane: la richesse de la diversité

Le patrimoine culturel de la péninsule, pont entre deux continents et deux mers, nait de la rencontre entre différents peuples, ces derniers lui ayant conféré ses caractéristiques particulières.
Cette région possède un patrimoine culturel vaste et important, qui se manifeste dans la physionomie et les caractéristiques architectoniques des habitats, les ondulations des paysages ruraux, les expressions de l’art et de l’artisanat ainsi qu’au travers de la musique et de la poésie.
De la plus lointaine Préhistoire jusqu’à aujourd’hui, la succession ininterrompue de civilisations et de savoirs a favorisé l’émergence de manifestations culturelles variées et singulières qui représentent la grande richesse de la péninsule tingitane.

Quitzán
Il est situé sur une hauteur auprès du cours moyen de l'Oued Martil à Tétouan, Quitzán. Ce site était un important centre urbain dont la vie aurait continué depuis l’époque punique (5ème siècle av. J...

L'artisanat artistique de l'...
Parmi les objets d'artisanat artistique de la région – ivoire et os entaillés, ornements en bronze – il faut signaler une gemme détritique, conservée en grande partie et sur lequel est incisé le...

La céramique de Tétouan
La production céramique contemporaine de Tétouan, qui s’inscrit dans le sillon de la tradition, est caractérisée par une décoration polychrome émaillée, des entrelacs et des arabesques rappelant les...

Tingi/Tanger sous l'Antiquité...
Tingi est l’unique grand centre urbain existant depuis la fin du IIIème siècle, notamment en raison des fonctions liées à son statut de capitale de la nouvelle province et du fait qu’y résidait l’...

L’artisanat artistique sous les...
La ville de Tétouan devint célèbre grâce à la fabrication des armes, des tapis, de la céramique, du bois peint ainsi qu’au travail de la soie et du cuir. Le travail du cuir assuma une grande...

Chefchaouen/Chaouen sous la période des...
Le nom de la ville dérive d’un terme amazigh (berbère) qui signifie « les deux cornes », allusion aux deux sommets qui dominent Chefchaouen et qui culminent à plus de 2000 mètres d’altitude...