Ksar Es-Seghir

Ksar Es-Seghir (qui signifie «petit château») est située le long de l'embouchure du fleuve Al-Quasar, sur la rive droite, à proximité de la plage. Le site se compose d'un mur d’enceinte de forme subcirculaire avec un diamètre de 200 mètres, caractérisé par la présence de 29 tours circulaires et trois tours rectangulaires originales (Bab al Bahr, Bab Sebta, Bab Fès, dont seulement la première reste intacte, malgré les changements successifs). La porte donnant sur la mer, Bab Al Bahr, a été encore renforcée au cours de la période portugaise, avec la construction d'une citadelle connectée à des différents bastions en dehors du secteur méridionale. Bab al-Bahar avait l'entrée à coude avec des tours rectangulaires latérales, un arc brisé avec un panel en maçonnerie et stuc décoré avec le motif de bleuet. Depuis l’entrée, il était possible de accéder à une salle avec un plafond hémisphérique, encore visible, tandis que une échelle conduisait à un étage supérieur. La porte sur le côté oriental était identique, bien que dans ce cas, la tour était divisée en trois chambres. Située à la même distance par rapports aux premières, la porte sur le côté méridional montre deux phases de construction. Dans la plus récente, plus petit que les précédentes, un passage en axe a été transformé à travers deux chambres en un seul à coude. Il faut associer à cette phase, la pose d'une plaque portant une inscription qui, d'après Ch. Redman, doit être renvoyée à une restauration de la porte menée entre 1415 et 1458. Les 29 tours circulaires ont été divisées en deux étages avec accès à l'étage inférieur (dépôt) ouvert vers l'intérieur du circuit défensif, tandis que l'étage supérieur était accessible depuis la passerelle de ronde le long le mur. Les tours rectangulaires, de plusieurs dimensions, avaient des passages à coude avec des portes afin de garantir un contrôle optimal en cas d'attaques de la part des ennemies. Dans la zone à l'intérieur des murs, s'étendant sur environ 50.000 mètres carrés, les fouilles ont mis en lumière plusieurs portions de la structure urbaine, avec des monuments attribuables aux différentes phases d'occupation: certaines maisons d'habitation de phase islamique, d'autres logements attribuable aux colonie portugaises, la citadelle fortifiée où sont encore visibles les structures de la porte la plus ancienne de période islamique (Bab Al Bahr), la mosquée, successivement transformée en un lieu de culte chrétien, les bains arabes (hammam) et d'autres espaces pour les activités commerciales. De la structure urbaine il y a encore quelques routes de la période portugaise, réalisées en cailloux avec un canal de récolte de l’eau au centre.