Tamuda - Castellum


Description: 

Le castellum de Tamuda se trouve au centre de la plaine où il y avait le vieux centre ville, dans une position élevée obtenue en faisant un monticule légèrement superposé aux édifices plus anciens, partiellement démolis. La superficie occupée par le castellum est évidemment plus petite que celle du centre archaïque. Le camp a une partie centrale carrée, de 80 mètres pour chaque côté. Quatre entrées sont situées vers les quatre points cardinaux: le mur originaire possède des coins arrondis, mais il n’y avait pas de tours, au moins extérieurement. Le complexe a ensuite été renforcé à différents moments, jusqu'à arriver à un nombre de vingt tours semi-circulaires, deux pour chaque porte, une pour chacun des quatre coins, une médiane entre les portes et les coins. Les remparts encerclent une zone urbaine où le cardo et le decumanus maximo sont  bien caractérisés. À l'intersection entre le cardo et le decumanus les restes d'une grande citerne alimentée par un canal sont encore très évidentes. Près de la porte sud, on peut observer des thermes plutôt petites, séparées par un mur en briques crues d’une maison caractérisée par la présence de trois arches. Les autres édifices sont réalisés avec une technique très rudimentaire et ont une base quadrangulaire ou rectangulaire. Le Castellum de Tamuda est le plus important site romain du Bas-Empire du Maroc du Nord. M.Lenoir identifie trois différentes phases de construction du castellum: la première présentait les murs avec des coins arrondis et des tours internes, tandis que lors de la deuxième phase, le nombre de tours a été augmenté ; dans une troisième phase, il y a enfin des restructurations importantes, y compris la construction des tours angulaires, la reconstruction des portes septentrionales et orientales et le remodelage des portes septentrionales et méridionales. Noè Villaverde Vega, en utilisant des données provenantes des fouilles, propose d’identifier un système primitif non stable du camp dans la période de Claudius, suivi par une fortification permanente attribuable à la période Antonine, avec seize tours de base carrée ; lors d’une ultérieure phase de construction, les tours nord-orientales et du sud-orientale (peut-être remontant à la période de Sévère) ont été ajoutées. D’autres renforcement aux structures ont été réalisés à partir du début du 4ème siècle : le complexe a dû perdurer jusqu’au 5ème siècle, permettant à Rome une surveillance continue d'une zone considérée comme sujette à troubles et hostilités. Des études récentes ont révélé que la construction du camp romain a impliqué l'utilisation de structures antérieures, remontant à l’époque mauritanienne. Sa garnison était à l'origine créé à partir d'une cohors quingenaria. Plus tard, une inscription mentionne un vexillatio Brittonum ; des données supplémentaires sont prises à partir d'une inscription, publié par Attilio Mastino, où il y a un praepositus de l’Ala III Asturum qu'il supposé être à la tête de l'unité. Cependant, plus tard, l'Ala Herculea y aura son siège.