Sidi Abdeslam del Behar


Description: 

Le site de Sidi Abdeslam del Behar, actuellement situé dans la vallée, était jadis à proximité d'un des anciens débouchés du fleuve Martil, fleuve qui a modifié son parcours naturel pendant les deux derniers millénaires. Des sondages effectués en 1951 par M. Tarradell ont mis en évidence sur une petite colline, à proximité d'un marabout islamique (mausolée où on vénère le saint) traces d'une colonie phénicienne utilisée en âge punique comme un grand ensemble agricole, lié à l'exploitation des ressources de la vallée du fleuve Martil et des bassins limitrophes. Les sondages effectuées confirment une longue période d'occupation commençant entre le VIIe et le VIe siècle avant J.-C. documenté par la quantité considérable d'amphores phéniciennes retrouvées dans la stratigraphie du site et associées à un exemplaire de fibule type Acebuchal, qu'on retrouve aussi à Tamuda. La deuxième phase d'occupation, (Ve-IIIe siècle avant J.-C.) est mieux documentée à cause de la présence de grandes quantités de céramiques, tournées à la main, épaisses et sans décoration, aux fragments de bols et assiettes faits au tour et avec engobe rouge, aux amphores phéniciennes de type R 1 et aux céramiques peintes avec des lignes et bandes rouges. Dans les couches les plus récentes, chronologiquement encadrées entre le IIe et le Ier siècle avant J.-C., on a récupéré plusieurs fragments de céramique campanienne de type B, de céramique arétine et des pièces de monnaie des villes de Tamuda et de Tanger. Dans les même couches on a aussi trouvé des traces de brûlé, imputables à une destruction violente survenue à la suite d'un incendie qui a causé l'abandon de la ville aux débuts du Ier siècle avant J.-C.