Les mosaïques de Clipea/Kélibia

La Maison des Deux Chasses se distingue par les mosaïques polychromes qui décorent presque toutes ses pièces. Parmi les plus intéressantes, figurent les deux sols à scène de chasse (déposés et exposés au Musée du Bardo de Tunis) qui ont donné son nom à cette riche demeure. Dans la première mosaïque, les chasseurs et les chevaux sont identifiés par leurs noms. Dans la seconde (qui décorait une pièce au nord-est du portique) est représenté le baiser rituel d'un chasseur à la statue de Diane, le déesse de la chasse, située dans un kiosque.

Une autre mosaïque (dans le stibadium) figure deux chevaux, avec l'indication de leurs noms, Am(or) et Nynficus, affrontés à un vase sur lequel est posée une guirlande.

Cette maison a aussi restitué une scène marine (qui décore le sol de l'exèdre du jardin), avec représentation de différentes espèces de poissons.

Les mosaïques géométriques sont également présentes, et, à part quelques cas (comme sur le côté nord-ouest de la cour), elles sont enrichies par des motifs floraux ou végétaux.

Les mosaïques de sol de la Maison du buste de Marc Aurèle présentent plusieurs fois (dans le corridor nord-ouest, les pièces au nord-ouest et la galerie nord-est) une décoration polychrome à motifs géométriques. Mais les plus remarquables sont les mosaïques polychromes à médaillons - insérés dans une trame de motifs végétaux- contenant des figurations d'animaux (poissons, oiseaux, gazelles) et des figures mythologiques (Pan et la Gorgone) ou des masques (respectivement dans deux des pièces, le triclinium et l'œcus, au nord-ouest du péristyle).

Cette domus a également restitué d'autres mosaïques (qui recouvraient certains seuils des pièces du nord-ouest), avec des représentations animales, parmi lesquelles deux paons affrontés à un vase et un tigre avec un kantharos renversé.