Géographie du Cap Bon

 

 

La péninsule  du Cap Bon, au nord-est de la Tunisie, n'est qu'à 150 km de la Sicile et s'avance comme un petit bras dans la Méditerranée. Longue d'environ 90 km et large de 30 à 40, sa superficie totale est d'environ 3.000 km2, ce qui représente 1,8% du pays. Ses 200 km de côtes entre Soliman et Hammamet sont variés. Elle correspond au gouvernorat de Nabeul.

Parmi toutes les régions tunisiennes, celle du Cap Bon est la plus favorisée par la géographie, grâce à sa position privilégiée entre le golfe de Carthage à l'ouest et le golfe d'Hammamet à l'est, bien qu'elle soit solidement reliée au continent.

Son relief offre des paysages variés, avec des plaines, des hauts plateaux et des montagnes. L'altitude n'est pas élevée, le point culminant, Kef er-Rend au centre de la péninsule culmine à 637 mètres. Les paysages de la côte ouest et de la côte est de la péninsule sont très différents. A l'ouest, entre Soliman et Ras el-Drek, les côtes sont en général rocheuses et escarpées, avec des paysages pittoresques mais à la nature rude. Les vents sont très forts  et les courants marins violents. Le paysage, fortement accidenté, présente des champs de dunes qui s'avancent parfois vers l'intérieur du continent.  

L'est, entre El-Haouaria et Hammamet, est une longue succession de plages de sable très fin, interrompues par des falaises et des côtes rocheuses plus élevées. Des cordons de dunes basses la séparent parfois de lagunes et de sabkhas parallèles au bord de mer (de Maamoura à Lebna). Les cours d'eaux sont nombreux, parmi les plus importants se trouvent l'Oued Lebna et l'Oued Chiba.

Vu d'en haut, le Cap Bon a un aspect nettement accidenté : un tiers de son territoire est constitué de djebels peu élevés, le Djebel Abderrahmane étant le plus haut. C'est la pointe extrême de la Dorsale tunisienne, un ensemble de crêtes dissymétriques (Djebel Diss, Djebel El Hofra, Djebel Hannous, Kef Bougaoula et Kef Errand, qui culmine à 637 m), aux pentes raides sur un côté et douces de l'autre, qui divise la péninsule selon un axe sud-ouest/nord-ouest et où naît le système hydrologique de la région. D'autres djebels sont face à la mer, avec des versants abrupts et accidentés : le Djebel Korbous (419 m), le Djebel Labiadh (393 m) à Haouaria, le Mont Farcouni (435 m) sur l'île de Zembra. Plus à l'ouest, une série de djebels sépare le Cap Bon du reste du territoire. Culminant parfois à 500 m, ils s'étendent de Hammam-Lif à Hammamet (Djebels Bazine, Ashagshag, Bouchoucha, El Mekki, Ezzit, Latrach).

Ailleurs, le paysage est fait de collines (entre Menzel Bouzelfa et Korba), de hauts plateaux (de Kélibia à Korba), de plaines (Soliman, Haouaria) et de dépressions, en partie vouées à l'agriculture (agrumes, vignes, oliviers, légumes), en partie recouvertes de forêts naturelles ou plantées par l'homme pour fixer les champs de dunes (Haouaria). 

Les ressources hydriques du Cap Bon proviennent surtout des eaux souterraines. Mais la région possède de nombreux cours d'eau, des dizaines de barrages en colline et bénéficie de l'apport en eau du canal Medjerda - Cap Bon. Cependant, ces ressources sont insuffisantes pour satisfaire les exigences de l'agriculture et du développement des installations touristiques.

La région bénéficie d'un climat méditerranéen très plaisant. Les précipitations varient en moyenne de 500 à 600 mm par an. Les températures moyennes vont de 12°C en hiver à 28° en été. Les vents dominants sont  ceux du nord-ouest, qui en automne et en hiver, peuvent atteindre une vitesse de 100 km/h.

La position, le climat et la morphologie du Cap Bon se traduisent par une multitude d'écosystèmes à la flore et la faune particulièrement variées. De nombreuses espèces végétales sont présentes, mais aussi des amphibiens, des reptiles et des mammifères rares comme la belette et la loutre d'eau douce. De plus, des centaines d'espèces d'oiseaux migrateurs viennent y hiverner, fuyant la saison froide des pays européens.